Tribune de femme

Tribune de femme

Salia Sanou met-il la pression sur Blaise Compaoré ?

salia-sanou-2_0.jpg
Le référendum! C'est l'un des sujets qui font l'actualité au pays des hommes intègres ces derniers temps. Et pour qui suit justement l'actualité, a constaté déjà les différentes rencontres, meetings et autres assemblées avec pour menu principal l'organisation dudit referendum. L'une des voies pouvant permettre la modification de la Constitution burkinabè dont l'article 37. C'est certainement dans cette perspective que depuis ce vendredi 12 octobre, la section Houet du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a réuni des militants à son siège pour les informer de l'échec du dialogue initié par le président du Faso, Blaise Compaoré; ce qui sous-entend pour eux, la marche vers l'organisation d'un probable referendum. Depuis, Salia Sanou, secrétaire général de section du parti au pouvoir à Bobo-Dioulasso, par ailleurs maire de la commune de Bobo-Dioulasso, a pris son «bâton de pèlerin».

L'homme du «recto-verso» ne semble pas être du tout au repos.Lui et ses collaborateurs politiques ont sillonné l'ensemble des départements de la province du Houet, à la rencontre des militants, pour leur parler. De quoi? Bien entendu, du referendum si toutefois il aura lieu. Alors que jusqu'à l'heure où l'on trace ces lignes, Blaise Compaoré, la première personne concernée par cette situation ne s'est pas encore prononcé sur la question. L'homme étant stratège et imprévisible, l'on se demande si Salia Sanou et son staff politique, tout comme les autres acteurs sympathisants du pouvoir, ne sont pas en train de mettre la pression sur Blaise Compaoré.

Aussi,si pour certaines opinions le président du Faso, ministre de la Défense et des Anciens combattants, chef suprême des armées vit une situation de «couteau à double tranchant», ne sachant exactement quoi prendre comme décision, d'autres estiment qu'il consent certainement aux actes que sont en train de poser les militants de son parti. Un militant du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) avoue pourtant qu'il a l'impression qu'ils sont en train de prêcher dans le vide. Puisque, dit-il: «Nous sommes effectivement en train d'organiser les tournées pour préparer les militants pour le referendum. Mais à vrai dire, nous sommes inquiets parce que même au sein du parti, nous ne savons pas exactement ce que mijote le président. Nous avons peur d'être désagréablement surpris!». Ce qui justifie la question suscitée qui pourrait éventuellement trouver une réponse demain mardi 21 octobre au sortir du Conseil des ministres extraordinaire qui statut, entend-on, sur le referendum et l'article 37.

On saura si Oui ou Non, le président du Faso a l'intention de se maintenir au pouvoir après 27 ans d'exercice. Parce que, jusqu'à présent, l'on ne peut affirmer avec certitude et franchise que Blaise Compaoré voudrait se représenter aux élections présidentielles de 2015, même si la manière dont les choses se dessinent le laisse croire. En attendant, pour l'heure, Salia Sanou, est en pré-campagne pour préparer les esprits des militants à toute éventualité. Ses contempteurs auraient sans doute aimé qu'il se serve de cette débauche d'énergie pour rechercher de quoi booster le développement véritable de sa ville.

Bassératou KINDO



21/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres