Tribune de femme

Tribune de femme

A quoi servent ces discours « kilométriques » ?

discourt.jpg
« La jeunesse n’a pas besoin de discours mais d’exemples concrets », disait le gouverneur de la région des Hauts-Bassins Joseph Nebilma Bakouan vendredi 18 juillet dernier, à l’occasion d’une sortie de promotion des élèves-administrateurs. Une belle citation qui demeure une réalité tant aux plans politique qu’administratif dont certains hommes et femmes doivent s’approprier. En effet, il n’est pas rare de voir des hommes et des femmes s’adonner à des exercices de lectures de discours kilométriques lors des cérémonies. Des discours souvent creux et vides, faits d’éloges en faveur de telle ou telle personnalité, en définitive et dont le seul but est de préserver certainement un intérêt « hypocrite ». En effet, pour une cérémonie qui devait durer environ 2heures, la sortie de la troisième promotion s’est déroulée sur près de 4heures. La raison : la lecture des discours qui n’en finissaient pas. Imprimées sur des feuilles A4, les pages des discours étaient compris entre 7 et 12. Et leur lecture aura pris 10 à 20 minutes pour chacun. Et cela, devant une assistance sans doute éclairée, mais qui n’aura retenu que quelques deux ou trois phrases. Parfois rien du tout ! Puisque lasse d’écouter et de réentendre les mêmes messages qui n’apportent véritablement rien à leur train-train quotidien.

Le même scénario a été reconduit le lendemain, à la cérémonie de sortie officielle des élèves-maîtres et maîtresses à l’Ecole nationale des enseignants du primaire (Enep). Elle devait prendre en principe 1h30, c’est-à-dire de 9h à 10h30. L’assistance ne pourra cependant quitter les lieux qu’après 12heures. Et l’on pouvait noter environs 5 intervenants pour lire des discours. Les pages variaient entre 5 et 14 pour des durées de 4 à près de 30 mn. On en arrive même à oublier le message qu’on doit délivrer pour magnifier l’autorité politique pour ses efforts, son engagement et ses sacrifices pour le développement de la Nation. Ces femmes et hommes, comme « des griots » peuvent passer près de 3 minutes à faire des éloges d’un seul homme, qui pourtant est dans son rôle d’édification du pays. A ces discours kilométriques s’ajoutent les préséances qui, à elles seules, peuvent encore prendre 1 à 2 minutes. Des préséances inutiles dont les sens et intérêt peinent à être connus. Que dire de ces cérémonies qui sont  parfois placées sous la haute  présidence, le haut patronage, avec des co-parrains, des co-marraines, pour des cérémonies ou autres rencontres qui ne démarrent jamais à l’heure de surcroît ?

En tout cas, pour l’heure, les jeunes n’ont pas besoin de ces discours ronflants et élogieux. Ils ont besoin comme le dit le gouverneur, d’exemples concrets qui puissent influencer leur élan d’aller de l’avant.

Bassératou KINDO

 



22/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres