Tribune de femme

Tribune de femme

Au nom de la veuve et de l'orphelin!!!

gabon-veuves-orphelins-26-juin-2012.jpg
L'atmosphère politique du Burkina est de jour en jour délétère. L'ambition du président Blaise Compaoré et de son parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), de modifier la Constitution pourrait entraîner le pays vers une situation d'instabilité dont les conséquences, «touchons du bois», pourraient être néfastes. Néfastes surtout et malheureusement pour les pauvres populations dont la grande majorité ignore jusqu'à présentles tenants et aboutissants de ce projet de loi sur la modification de la Constitution.

Depuis le mardi 21 octobre, les manifestations n'ont cessé, après que le gouvernement en conseil extraordinaire des ministres, ait adopté le dit projet de loi. Malheureusement, en l'adoptant, le gouvernement n'a sûrement pas mesuré le drame que risquent de connaître la veuve, l'orphelin, mais aussi les pauvres populations du Burkina qui vivent au jour le jour. Blaise Compaoré et son gouvernement qui estiment qu'ils sont les seuls capables d'assurer la stabilité du pays, ont-ils bien anticipé la réaction de l'oppositionqui se cristallise contre ce projet? Ont-ils pensé à ces populations qui survivent quotidiennement? Le président du Faso, le Premier ministre et l'ensemble de tout le gouvernement ont oublié qu'il y a des Burkinabè qui ne cherchent souvent que 500F ou 1000FCFA par jour pour assurer leur ration quotidienne. Blaise Compaoré et sa majorité présidentielle peuvent-ils se mettre à la place de la pauvre veuve qui va, tous les jours et très tôt le matin, en brousse avec une vieille charrette, à la recherche du bois de chauffe pour le revendre à seulement 200F ou 300FCFA? Le médiateur de paix dans la sous-région ouest-africaine a-t-il oublié ces orphelins abandonnés dans la rue? Ces orphelins dans les pouponnières et autres orphelinats qui ne demandent qu'à survivre dans un pays stable? Sans prétendre faire une morale quelconque à qui que ce soit, il faut reconnaître que la tension que vit ou vivra le Burkina dans les prochains jours ne profite à personne. Bien au contraire, elle commence déjà à faire peur aux pauvres populations qui ne savent pas comment elles vont devoir faire si ça «explose». Si certaines personnes pensent déjà à accumuler des provisions parce qu'elles en ont ou peuvent en avoir, il est évident que la veuve et l'orphelin pensent, eux, à leur éventuelle famine.

Nul doute que les activités économiques et sociales, dans les prochaines heures, seront au ralenti. C'est donc toute l'économie, voire le développement du Faso qui sera «au pilori». «Blaise va bloquer toutes nos affaires. Nous allons manger où et comment? Je suis très déçu par Blaise», se demande actuellement un citoyen burkinabè dont les partenaires ont tout simplement annulé leur visite à Kaya dans le cadre d'un projet de construction d'une université dans ladite ville. Qu'à cela ne tienne. Au nom de la veuve et de l'orphelin, au nom des pauvres femmes, que Blaise Compaoré et son camp épargnent le Burkina de toute tension, de tout conflit perturbateur de la stabilité du pays.

Bassératou KINDO



29/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres