Tribune de femme

Tribune de femme

Vision Express sur… : Ils souffrent aussi, les hommes…

Autant que les femmes, les hommes souffrent. Dans le foyer et même dans la vie quotidienne. Ils souffrent, peut-être plus que les femmes. Malheureusement, il arrive que l’on parle plus de la souffrance du « sexe faible »… oubliant ce qu’endure le sexe dit « fort ». Est-ce parce qu’ils savent mieux dissimuler leurs angoisses ? Alors qu’ils vont mal, très mal… dans leur corps et dans leur âme ? Sereins, patients… ils observent toujours avant d’agir, contrairement à la femme qui se laisse parfois désespérer sans discernement.

Pour avoir effectivement assisté à une « danse dégradante » des valeurs de la femme, ce monsieur n’a pu retenir ses larmes. Profondément troublé, plusieurs questions lui taraudaient l’esprit sur le devenir de la société qui, à son avis, repose sur la femme. Des questions à multiples équations dont la résolution incombe à la société entière. Mais bon, c’est la vie !, dira-t-on. Et tous semblent suivre le rythme de l’évolution du monde. Puisque d’aucuns pensent qu’il faut plutôt se conformer à cette évolution au lieu de vouloir « crier au scandale ». Avec son corollaire de dépravations des mœurs, d’avortements clandestins, et d’infidélités qui font souffrir tant d’hommes. A cela, s’ajoutent la stérilité, la méchanceté, les mésententes avec la belle famille, la pauvreté, le mensonge dont sont victimes beaucoup d’hommes, mais qui préfèrent se taire.

Alors qu’ils en souffrent profondément. Au-delà de l’infidélité qui n’est plus un scandale pour certains hommes, puisque plusieurs fois victimes, il y a les avortements clandestins que l’être aimée commet sans même en informer l’auteur de la grossesse. Dramane, jeune styliste de profession, fait partie de ce lot d’hommes qui se sont faits « confisquer » le fruit de leur propre amour. En effet, après avoir entretenu longtemps des relations affectueuses avec celle qui ne comptait qu’à ses yeux, cette dernière tomba enceinte. Elève en classe d’examen, il était impossible pour elle de garder cette grossesse considérée comme un obstacle. Avec l’aide de sa mère, elle s’est « débarrassée » du fœtus sans avoir informé son amoureux. Qui continuait pourtant à « mettre la main à la poche » pour tout besoin. Quelle ne fut sa surprise, lorsqu’après quatre mois, on l’informait d’une « fausse couche » qu’aurait faite sa bien-aimée. Mensonge sans vergogne ! Les hommes souffrent de ces trahisons, de ces mensonges… Aussi, souffrent-ils lorsqu’impuissants, ils ne peuvent venir à bout de la stérilité de la femme. « Obligés » ainsi, de « voir ailleurs » dans le seul but d’avoir un héritier. Ils souffrent de la méchanceté des femmes.

Car, à dire vrai, il y a des femmes qui sont de vraies mégères … qui n’ont d’exercices favoris, que la dégradation des cellules conjugales. Des hommes ont été contraints à fuir le domicile familial pour la location, en raison des mésententes entre madame et la belle famille. Ils souffrent de la pauvreté qui est souvent source de leur abandon, de leur délaissement au profit de plus riches. Autant que les femmes, ils sont violentés physiquement et moralement… sans savoir où se plaindre. C’est aussi ça la vie ?!!

Bassératou KINDO




17/04/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres