Tribune de femme

Tribune de femme

Vision Express sur… : Etre fille-mère : un phénomène grandissant à Bobo

Etre fille-mère est presque devenu une mode dans la cité de Guimbi Ouattara.  Elles sont nombreuses, les jeunes filles qui ont connu une ou plusieurs maternités. Elles deviennent mères d’un enfant au minimum avant le mariage. Qu’elles soient élèves, étudiantes ou en activité, avoir un enfant «hors mariage» semble être une fierté chez bon nombre d’entre elles. Quelques fois, deux ou trois, voire quatre enfants. Dans le comble des cas, chaque enfant est né d’un père différent. A cet effet, certaines personnes n’hésitent pas à déclarer que sur un échantillon de dix (10) filles bobolaises, au moins  huit (8) ont déjà enfanté. Ces personnes poursuivent en ajoutant que le phénomène est plus criard dans les quartiers tels que Diarradougou, Kôkô, Sikasso-Cira, Accart-ville, Bolomakoté.

 

Il s’agit en fait, de certains des anciens quartiers de la ville. Parfois, l’échec d’un avortement aboutit au statut de fille-mère. Très souvent, des gamines (entre 12 et 17 ans), se voient devenir responsables sans le vouloir et sans avoir les moyens d’assumer cette lourde responsabilité. Après un premier enfant,  la voie est tracée pour un deuxième, puis un troisième. Une fille déjà mère, si elle n’a pas le soutien de sa famille, devient plus vulnérable à la prédation des hommes, jeunes comme mariés.

 

Pourtant, force est de constater que des Bobolaises rivalisent pour être filles-mères. « Ma copine a accouché. Je vais en faire moi aussi. D’ailleurs, il faut le faire vite pour recommencer sa vie de jeune fille», soutiennent certaines. Pour d’autres, c’est la fierté d’avoir l’enfant de tel monsieur pour «faire du mal » à telle femme rivale. Il n’est pas rare également de les entendre se conseiller que pour garder un homme, il faut user de tous les moyens dont le plus efficace pensent-elles serait d’avoir un enfant de ce dernier. Entre copines, elles se disent que les hommes honnêtes n’existent plus, mieux vaut donc faire un enfant, quitte à ne pas avoir un foyer, ou encore il faut tout simplement le faire pour le faire. Qu’à cela ne tienne, certaines affirmations pointent du doigt la frivolité des filles bobolaises qui se laissent souvent allées sans trop réfléchir. A tort ou à raison, elles sont accusées et sont étiquetées de tous les stéréotypes. Ceux qui le disent, ont-ils raison ? On ne saurait y répondre. Mais il faut quand même admettre que certaines filles ont des comportements à bannir.

 

Tel le cas de cette fille de 15 ans, élève en classe de 4ème  dans un lycée de Bobo-Dioulasso qui attend aujourd’hui un enfant dont elle ne connaît pas le père. En voici donc une future fille-mère qui devra s’occuper de son enfant toute seule. Certes, on dira que la faute vient toujours des filles, qui feignent ne pas savoir ce qu’elles veulent, alors que la responsabilité des hommes n’est pas à exclure. Comment peut-on nier un acte qu’on a commis lorsque celui-ci devient irréparable ?

 

Malheureusement, beaucoup sont ces hommes qui refusent catégoriquement une reconnaissance de paternité. Ils passent de fille en fille, distribuent des grossesses, mais ne sont jamais pères. Les filles qui sont dans ces situations optent très souvent pour la solution de l’avortement dont les conséquences peuvent être fatales. De toute évidence, être fille-mère n’est pas à priori mauvais pour peu qu’on puisse assumer les responsabilités. Mais le meilleur conseil, c’est de prendre ses précautions pour ne pas tomber dans la situation et au mauvais moment. C’est nettement mieux.

Bassératou KINDO



31/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres