Tribune de femme

Tribune de femme

Vision de l’Express sur… : Maigrir à tout prix pour garder son homme !

Femme grosse, mince, grande, courte ! La corpulence au centre des préoccupations féminines parce que les jeunes font le choix. Par conséquent, force est de constater que nombreuses sont les femmes qui cherchent, par tous les moyens de nos jours à perdre du poids. Pour faire plaisir à leur homme. Mais il faut noter que des raisons de santé expliquent certains choix.


Certains hommes n’hésitent pas à dire : « Tu deviens une masse compacte là ! Attention à ne pas être trop lourde... », ou encore « je ne veux pas que tu grossisses au risque de me donner des idées (c’est-à-dire voir ailleurs) ». D’autres vont jusqu’à faire croire que : « Elles ne peuvent pas bien tenir le rythme », ou encore « elles ne sont pas flexibles, elles s’essoufflent vite ».


Ainsi, tous les moyens sont mis à profit pour avoir une forme svelte avec moins de plis. Les femmes s’échinent alors à faire du sport, et pire, à se priver de nourriture pour atteindre l’objectif visé qui est de perdre du poids. Par moments, cela devient un véritable problème pour la femme, qui, tourmentée, perd tout contrôle. Elle ne se sent plus dans sa peau, encore moins dans son esprit. L’idée de maigrir « un tout petit peu » la hante. Tout cela, pour satisfaire les caprices d’un homme. Pourtant, cet état de fait, qu’est l’apparition de rondeurs, peut être lié à la maternité, à la stabilité de l’esprit, à l’âge et bien d’autres situations. Naturellement, le corps s’épanouit. Certes, il y a sûrement une différence entre la femme mince et la grosse (c’est les hommes qui le savent). Mais la femme reste la femme, quelle que soit sa morphologie.


En plus des caprices de l’homme, les femmes elles-mêmes sont leurs propres juges. « Oh !!! Quelle forme ? », aiment-elles dire lorsqu’elles aperçoivent une des leurs avec un physique potelé. Toute chose qui met inévitablement mal à l’aise. Entre elles, pas de pitié. Démotivations et démoralisations deviennent des convictions. Les cinq doigts de la main ne sont pas pareils, mais on les aime et les utilise tous. C’est la preuve que nous sommes riches de nos différences, et donc complémentaires. Heureusement que de plus en plus, les hommes de même que la société aiment et acceptent les « grosses ».

 

Bassératou KINDO



08/02/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres