Tribune de femme

Tribune de femme

Santé maternelle et infantile : Les hommes de média de Bobo, prêts à collaborer

La mortalité maternelle et infantile préoccupe plus d’une personne. Une femme perd sa vie chaque jour en voulant donner la vie. Dix-sept pour cent (17 %) des enfants n’atteignent pas l’âge de cinq ans. En vue donc d’impliquer les journalistes dans les plaidoyers et luttes contre le phénomène, un atelier d’information et de formation a été organisé le dimanche 24 juin 2012, à Bobo-Dioulasso au profit du Cadre de rencontres et réflexions des journalistes de Bobo (CRRJB) par Amnesty International, l’ONG help, Médecins du Monde et Terre des hommes.

 

Ce partenariat naissant entre Amnesty International, l’ONG help, Médecins du monde et Terre des hommes avec le Cadre de rencontres et de réflexions des journalistes de Bobo se veut fructueux et pérenne. En effet, après le panel organisé en marge de la Journée internationale de la liberté de presse, le CRRJB peut encore compter à son actif une formation au profit des hommes et femmes de média de la cité de Sya. On peut alors affirmer que depuis dimanche dernier, ils peuvent se prononcer sur les questions de mortalités maternelles et infantiles et promettent d’ailleurs faire des productions dans ce sens. Sobre, la cérémonie d’ouverture des échanges a connu la présence de la déléguée du Conseil supérieur de la Communication (CSC) Hyacinthe Sanou/Méda, et du rédacteur en chef de L’Express du Faso, Mountamou Kani. Conseils et recommandations à suivre soigneusement à travers les communications qui ont été prodigués par les deux invités à l’endroit des journalistes. Amnesty International avec Christian Ouédraogo, a présenté les actions et les résultats sur les droits de santé maternelle et infantile. Organisation internationale de lutte pour la préservation des droits humains, Amnesty international plaide pour la gratuité des soins dans les formations sanitaires. L’ONG help fait des heureux depuis 2008 au Burkina Faso, année de son installation, à travers ses actions pour l’exemption du paiement des soins de santé. « A Dori et Sebba où le projet est plus « piloté », les résultats des fréquentations des centres de santé augmentent et la mortalité diminue nettement », à en croire Monica Wermi, chargée du programme nutrition. Bruno Nébié, après avoir présenté Terre des hommes, a fait le bilan des activités du projet intitulé « l’exemption de paiement ». Il s’agit, a-t-il expliqué, de prendre en charge les frais de santé des bénéficiaires. Une stratégie qui a permis une fréquentation accrue des formations sanitaires. La dernière des communications sur l’expérience de la prise en charge de la gratuité des accouchements et de la césarienne entreprise par Médecin du Monde a été présentée  par Halidou Alira, chargé de liaison communautaire. Expérimenté à Djibo, le projet tend à impliquer fortement les collectivités dans l’application de la gratuité de l’accouchement. Suivies par des échanges, les différentes communications ont suscité de nombreuses questions posées par les journalistes pour leur permettre de produire des articles conséquents.

Les professionnels de la santé de Bobo ont eux aussi reçu les mêmes informations relatives aux droits de la santé. La rencontre qui a eu lieu à l’hôtel Ran n’a pas laissé indifférents les agents. Ceux-ci ont activement échangé avec les quatre organisations de droits humains. A Bobo-Dioulasso, indique la présidente des sages-femmes, Mme Poda, les frais d’accouchements s’élèvent à 900 FCFA. « Les centres de santé sont nettement fréquentés, certes, mais force est de reconnaître que beaucoup de femmes manquent très souvent de moyens financiers pour payer les 900 F », confie-t-elle. D’où la nécessité de plaider pour la gratuité intégrale des soins de santé maternelle et infantiles.

Bassératou KINDO



04/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres