Tribune de femme

Tribune de femme

Palais de justice : Il menace sa mère de mort

 

 

Aminata a changé de domicile suite aux menaces de mort de son fils. Veuve, elle vit avec ses enfants dans la cour de son défunt époux. Le premier fils ne jouirait pas de toutes ses facultés mentales. Depuis donc la mort de leur père, il s’est mis à consommer de la drogue. Ainsi, sous l’effet du stupéfiant, il vilipende sa mère et la traite de tous les noms d’oiseaux. A-t-il alors pu convaincre son petit frère qui s’est malheureusement joint à lui contre leur mère ? A deux, ils rendront la vie difficile à leur génitrice après consommation de drogue. Ce jour là, raconte la mère aux juges : « Une connaissance du quartier est entrée dans notre cour. Il voulait se soulager. Je lui ai remis une bouilloire. Lorsqu’il est sorti des toilettes, il m’a remerciée ». Tout serait partit de là. « Mon fils m’a insultée comme une moins que rien. Il s’en est même pris à mes parents.  Je n’en revenais pas. Non content de ses insultes, il me prévient comme quoi, si je ne quitte pas la cour, le sang coulera à flots », dit-elle aux juges. Cela parce qu’il avait estimé que le monsieur qui est rentré dans les toilettes serait l’amant de sa mère. Aminata n’avait d’autres alternatives que de porter plainte contre son fils à la gendarmerie. Interpellé et traduit en justice, Jérémie s’est expliqué le mardi 5 juin 2012 aux juges. Il reconnaît son acte qu’il qualifie lui-même d’immoral. « Je demande pardon. J’étais sous l’effet de la drogue, sinon, ce n’est pas dans mes habitudes de m’en prendre à ma mère. C’est l’œuvre de Satan », a-t-il dit. Jérémie se dit artiste musicien, tailleur, guide touristique, footballeur… Il affirme que dès qu’il a de l’argent, il le partage avec sa mère. Il entend même s’inscrire pour les compétitions de Faso Académie de 2012. Ses déclarations sont bien confirmées par sa mère qui ajoute que Jérémie était un bon garçon. Il aura changé de postures depuis sa consommation de  la drogue. Montrant sa bonne foi de revenir sur de meilleurs sentiments, Jérémie, en plus de présenter ses excuses à sa mère, a demandé la clémence de la juridiction. La maman s’est aussi jointe à lui pour en faire autant. Le ministère public après son réquisitoire au cours duquel, il a estimé les faits caractérisés, a tout de même demandé au tribunal de tenir compte du tissu familial. Le parquet s’est joint à la mère, de même qu’au prévenu pour requérir la clémence du tribunal. 24 mois de prison avec sursis ont été requis contre lui. Le verdict est mis en délibéré pour le 12 juin prochain.

Rassemblés par Bassératou KINDO



07/06/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres