Tribune de femme

Tribune de femme

Lutte contre le sida : En attendant le Truvada, protégez-vous !

 

Le Truvada ; c’est le premier médicament préventif contre le sida qui vient d’être fabriqué par le laboratoire américain, Gilead Sciences. Un comité d’experts en médecine a recommandé sa commercialisation à l’agence américaine des médicaments aux Etats-Unis, le 10 mai dernier. Il a déjà été utilisé, selon les mêmes experts, sur des personnes séropositives, mais pas encore sur les personnes non-infectées par le VIH. Les résultats au regard de la recommandation faite sur sa commercialisation, semblent alors agissants. En effet, une autre étude clinique a montré que le Truvada peut diminuer le risque d'infection jusqu'à 75 % chez les couples hétérosexuels dont l'un des deux partenaires était séropositif. Mais à quand pour les personnes infectées par la maladie en Afrique ? Question à réponse lointaine.

Le Truvada en effet, va coûter entre 12 000 à 14 000 dollars aux Etats-Unis, soit 9300 à 11 800 euros. Ce qu’il faut aussi noter, le générique de Truvada n’est pas encore disponible pour espérer l’avoir sous nos cieux. Aussi, le fait que le Truvada n’a pas encore été testé sur des hétérosexuels bien portants, laisse beaucoup de doute sur son efficacité. Beaucoup d’associations de lutte contre la maladie restent alors préoccupées par le danger de voir une résistance se développer contre le Truvada. D’autres personnels soignants des malades du sida sont alors convaincus que ce traitement ne marchera pas à 100 %, estimant que ce n’est pas dans la nature humaine de faire le taux de pourcentage suscité. En outre, comme tout médicament, Truvada provoque des effets indésirables pendant le traitement. Ces effets sont les céphalées, les vertiges, la diarrhée, les vomissements, les nausées, un risque de dépression, d'anémie et une élévation des taux sanguins de créatine kinase (un enzyme présente dans les muscles). Rien n’est alors sûr pour ce nouveau médicament contre le sida. En attendant, mieux vaut protéger le « vuvuezela avant de faire le waka waka », comme le préconise le chanteur ivoirien Alpha Blondy. A défaut, s’abstenir, sinon faire son test pour ne pas mourir du sida.

Bassératou KINDO

 



16/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres