Tribune de femme

Tribune de femme

Le 31 décembre arrive…

1-13825419034279_0.jpg
Le 31 décembre fête de la Saint-Sylvestre est un jour assez exceptionnel. Exceptionnel parce qu'il annonce une nouvelle année. Une nouvelle année qui mérite une célébration et que les uns et les autres profitent pour se souhaiter les meilleurs vœux. En effet, si ce jour est tant attendu, il l'est souvent plus pour la gente féminine mais aussi masculine d'une frange d'âge. La Saint-Sylvestre selon cette jeune fille est par exemple la fête de tous les dangers pour les relations amoureuses. C'est aussi, a-t-elle confié, la fête de tous les risques de rupture d'avec son compagnon. Elle qui en sait quelque chose raconte qu'à force de vouloir tromper trois prétendants, elle s'est finalement trouvée toute seule la nuit du 31 décembre.

En effet, confie-t-elle: «Trois prétendants étaient sur ma liste de sortie pour la fête du nouvel an. J'ai pris de l'argent avec chacun d'eux, leur promettant de les tenir compagnie. Chacun pour une heure précise notamment 20heures, 22heures et 00heures pour le dernier. Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'à ces heures le premier avait déjà éteint son téléphone. Le deuxième invente une histoire à dormir débout et enfin, le troisième sur qui je comptais m'a complètement ignorée. Comme si ces derniers s'étaient concertés pour me plaquer». Si cette jeune fille a eu la chance d'être «abandonnée» bien qu'habillée, coiffée et chaussée par ses prétendants, il n'en est pas souvent le cas chez certaines jeunes filles. Qui se voient bastonnée et très souvent mises à «poils» par le prétendu «bailleurde fonds ».

Les 31 décembre se succèdent mais ne se ressemblent point. A chaque fête son histoire d'amour et de trahison dont l'autre moitié du ciel est perpétuellement la plus indexée pour être la fautive. Tout cela pourrait avoir une explication en ce sens que comme dira l'autre, la pauvreté a un visage féminin. Le nouvel an étant une grande fête chacune veut se mettre dans son «31» pour faire la différence. Bonjour donc les stratégies pour «plumer» des hommes dont les conséquences sont quelque fois déplorables. Une situation qui vient une fois de plus poser la problématique de l'éducation des filles même si des scolarisées se la jouent également à l'occasion du 31 décembre. Certes. L'éducation des jeunes filles reste, à notre sens, un facteur déterminant pour réduire la pauvreté et du même coup sortir les filles des situations qui ne font pas forcement honneur à la femme qui doit rester digne autant que faire se peut. Le 31 décembre arrive… et il revient aux filles de faire très attention.

Bassératou KINDO



21/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres