Tribune de femme

Tribune de femme

L’après-relation amoureuse

reseauxsociauxo.jpg
« Tout début est bon », a-t-on coutume de dire. Que cela soit en matière d’amour ou encore d’amitié, les débuts ont souvent été les meilleurs moments d’une rencontre. Ainsi, lorsqu’on entame, particulièrement, une relation amoureuse, tout semble s’arrêter autour de soi. Le monde ne se limite qu’aux deux tourtereaux.  Ce sont les p’tits câlins, les mots doux à souffler à l’oreille, les messages flatteurs à tout instant, de p’tits cadeaux à n’en pas finir, pour montrer à quel point on pense ou tient à l’autre.

Ça se confie à tout moment qu’on pense permanemment à « elle ou lui » et qu’on n’arrive même plus à travailler ou à faire quoi que ce soit sans l’autre. C’est le bonheur !

Les tourtereaux qui forcent l’admiration sont par moments enviés par beaucoup d’autres personnes. Un bonheur qui doit demeurer sinon…. ??

A cet effet, l’amour comme l’a décrit un animateur d’une radio locale bobolaise, « est composé de trois parties : le début, le centre et la fin. Le début est, dit-il, comme du miel, le centre est assez aigre et la chute, c’est-à-dire la fin, se révèle très amère ». Eh oui ! Très amère. Et, ce n’est pas Trierweiler Valérie, ex-première dame française qui dira le contraire. Elle, qui vient de publier jeudi 4 septembre un ouvrage « inédit » et sans doute « dévastateur», qui prolonge son séjour à l’Elysée aux côtés de son amoureux, le président français François Hollande. A lire certains journaux, Valérie aura pris tous les soins, tout le temps nécessaire et dans le grand secret pour ne rédiger malheureusement que les moments négatifs passés aux côtés de son amoureux.

Les « mauvais moments », a-t-on dit? En effet, l’après-relation amoureuse, sauf si elle se termine bien (ce qui n’est pas toujours le cas) est parfois dépeinte de la façon la plus négative : « Je l’ai pourtant aimé de toute mon âme. J’ai abandonné tout pour lui. Je ne savais pas qu’il pouvait changer ainsi. C’est un méchant, un irresponsable, un coureur de jupons », entend-t-on de part et d’autre, et malheureusement (c’est selon), de la bouche de la femme, puisque c’est elle, qui, très souvent, dévoile tous les secrets, s’il y en a bien entendu. Pour Valérie par exemple, François était « cynique, inhumain… ». Elle savait peut-être tout cela, mais elle est tombée quand même amoureuse de lui. « L’amour est aveugle », dira-t-on cependant ; mais comment se fait-il que c’est après les relations amoureuses que l’on ne voit que les mauvais sentiments et comportements ? Question à multiples équations à laquelle même Valérie, désormais ex-première dame, ne saura trouver réponse.  Le livre de Valérie Trierweiler, journaliste de profession vient ainsi confirmer l’affirmation selon laquelle, « les femmes ne peuvent jamais garder un secret ». C’est aussi ce qui à notre avis, fait descendre au bas l’échelle, l’image de la femme. C’est tout simplement triste !

Bassératou KINDO

 



10/09/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres