Tribune de femme

Tribune de femme

Fait divers : Viol d’une fille de 04 ans à Bobo-Dioulasso


04 ans et déjà victime de pulsion sexuelle incontrôlée. Dimanche 26 mai 2013 la petite Florence (pseudonyme) a été victime d’un cas de viol. Sur le trajet qui mène de ses parents à ses grands parents, elle a croisé le chemin de son bourreau. Un jeune homme de 21 ans, proche de la famille de la victime.

Il est déjà dans les filets de la gendarmerie. Mais son acte suscite indignation et incompréhension. A 21 ans, un jeune vendeur de portable serait l’auteur d’un cas de viol et de pédophilie sur mineur. En présence des parents du présumé pédophile/violeur, le père de Florence nous a relaté le dimanche noir de sa fille.

« Dimanche 25 mai 2013 la petite a quitté la maison pour rendre visite à ses grands parents autour de 12 heures. Comme à l’accoutumé, elle est revenue d’elle-même de sa visite. Malheureusement, c’est tout en larmes qu’elle a regagné la maison. En essayant de l’approcher (le père) pour être à ses soins, elle m’a opposé un refus catégorique. En me fuyant. Face à sa persistance, j’ai fait appel à sa mère. Sensibilité féminine oblige, cette dernière a déshabillé l’enfant. Une fois dénudé, on a constaté que l’enfant était gravement blessé à l’anus. Inquiets, nous nous sommes rendus au CSPS de Bolomakôté. Après les premiers soins, l’infirmier nous a transféré à l’hôpital Universitaire Souro Sanou (CHUSS). Comme on s’en doutait, les médecins ont fait cas de soupçons de viol surtout de sodomisation. De l’hôpital je suis donc revenu à la maison. En me renseignant sur le parcours de ma fille. C’est ainsi qu’on m’a fait savoir qu’elle était dans une des cours voisines à ma grande famille où, elle s’amusait avec d’autres enfants avant d’être repérée par le « monstre ». Une fois dans la cours, j’ai rencontré le jeune homme soupçonné. Face à mes multiples questions, l’accusé a d’abord soutenu la thèse selon laquelle l’enfant s’était blessé en introduisant du bois dans son anus. Avant de sombrer en pleures et de reconnaître son forfait, en avouant son acte de viol et de pédophilie sur mineur. Immédiatement, j’ai saisi la gendarmerie qui l’a arrêté le même jour. »

Paradoxe des parents meurtris

Même conscients du drame que vit Florence, ses parents et grands parents militent encore pour la clémence vis-à-vis du présumé violeur et pédophile. Au nom de la proximité des deux familles, les uns et les autres ont encore en tête le sort probable du bourreau de la petite. Comme lui, ils sont nombreux a bénéficié de la couverture qui prévaut dans les rapports sociaux.

En cas de viol, de pédophilie, nombre de familles récusent même le fait de traduire les malfaiteurs devant la justice. Avec le risque de voire des fautifs récidiver. En attendant, toute aide serait la bienvenue, car le père de Florence croupit sous le poids des ordonnances.

Source: //lefaso.net



31/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres