Tribune de femme

Tribune de femme

Enquête exclusive: Ces filles stars des clips vidéo: Qu'est ce qu'elles gagnent ? Témoignages...

danse.jpg
Ces dernières années, le milieu de la vidéo, surtout celui des clips de musique a été révolutionné par une génération de jeunes réalisateurs. Par leur prouesse et un savoir-faire, '' les génies de l'image '' proposent des vidéos bien cotées sur le plan international. Ces vidéos, on le sait, révèlent de plus en plus de jeunes filles dont certaines sont en passe de devenir de vraies stars. De la chorégraphie à la simple figuration, en passant par les mimes de chœur, les réalisateurs, aujourd'hui, se partagent les ''déesses'' des clips. Et c'est ainsi que l'industrie des clips est en train de s'installer à Abidjan au même rythme que l'industrie de la vidéo cinéma. Babi (Abidjan) est en train de devenir Babylywood. 

ENQUÊTE :

Elle se nomme Sanogo Aïcha Nadège. A 20 ans, cette sulfureuse jeune fille, plus connue sous le pseudonyme de Poupée de Luxe, fait partie des nouvelles stars de l’industrie de la vidéo musicale en Côte d’Ivoire. Sa belle plastique illumine plusieurs clips de chansons dont ‘’Infatigable‘’, ‘’C’est le moment acte 2’’, ‘’Sans te connaître‘’ (des titres de Roland le Benguiste), ‘’Infidélité‘’, ‘’Mon mec à moi’’, ‘’Sors la démarche ‘’,’’ Goumin goumin’’ (Vitale), ‘’Mourage ‘’ (Molare). Très sollicitée, elle a tourné également pour des artistes comme Prési Aswer, Christy B, Kasch Flo, Jojo Gabanna, Ronaldo R9, Inspiration Divine… 
Son style, sa beauté et sans doute sa disponibilité sont des atouts qui lui valent l’intérêt des réalisateurs et des artistes qui la sollicitent. Poupée de Luxe n’hésite pas, en général, à tomber la chemise. « Sans tabou, dit-elle. Il y a des clips où j’ai joué en bikini ou en maillot de bain. Moi, je ne trouve pas d’inconvénient à cela, parce que je me considère comme une actrice qui joue son rôle. » 

Comme elle, de nombreuses jeunes filles d’Abidjan prêtent volontiers leur belle plastique ou leurs belles rondeurs aux vidéos musicales. Parmi elles, il y a des étoiles très demandées comme Yasmine Jet ou encore Janine Cline. « J’ai tourné dans plusieurs clips où je suis apparue par moments en maillot de bain et en bikini, à la demande du réalisateur. Parce qu’il voulait un clip sensuel », souligne Janine. Si Yasmine peut être considérée comme celle qui a ouvert la voie dans le phénomène actuel, on ne saurait parler des stars des vidéos sans évoquer Manu Emmanuella, le poids lourd des clips. Il y a aussi des noms comme Léoncia (partie à Paris depuis quelque temps), Fatim (désormais à Dakar). Sans oublier les nouvelles venues, Annicette et Leaticia. « Ce n’est pas mon métier de figurer dans les clips, c’est juste pour un plaisir. Pour la plupart des tournages, ce sont les artistes qui me sollicitent », précise Leaticia. 

La question qu’on se pose parfois, c’est « qu’est-ce que cela rapporte à ces filles de se faire voir dans les clips de musique ? » Mais finalement, tout compte fait, on peut affirmer que, financièrement, ces tournages leur rapportent de l’argent. Pas énormément, mais suffisamment pour vivre décemment. C’est d’ailleurs ce qui permet à Janine Cline d’affirmer :« depuis que je me suis lancée dans cette aventure, je ne me plains pas, car ça me permet de subvenir à mes petits besoins. C’est grâce à cette affaire que j’ai pu voyager en Tunisie et au Maroc ». Poupée de Luxe est, elle aussi, heureuse d’avoir choisi ce métier. « Je ne le regrette pas. Parce que je gagne beaucoup d’argent et je me suis fait de nombreuses relations. En un mot, ça m’a ouvert les portes du show-biz, particulièrement le mannequinat et l’évènementiel. » 

On peut espérer pour les filles que, grâce à cette exposition dans les vidéos qui sont diffusées sur les chaînes de télé internationales, cela leur offre des opportunités dans la publicité, le cinéma, etc. Quoique, jusque-là, ce sont des acteurs de cinéma, des comédiens qui viennent jouer dans les clips. Le mouvement dans l’autre sens ne s’est pas encore effectué. 

En attendant, les filles se contentent de la joie que leur procure leur présence dans les vidéos musicales.« C’est un énorme plaisir de me retrouver dans une vidéo. Lorsque je passe dans la rue, les gens me reconnaissent, c’est une fierté pour moi », se réjouit la petite Poupée. 
Jusque-là, le véritable problème pour ces stars des clips, c’est qu’elles sont la cible de quelques prédateurs en costume, gros cigare entre les doigts et toujours à la recherche de sensations fortes avec des filles aux rondeurs affolantes. « C’est ça le petit souci. Je reçois de multiples propositions audacieuses et parfois indécentes de ces hommes qui veulent m’avoir dans leur lit ». 

Si c’est vrai que certains hommes s’intéressent à ces jeunes filles par pur vice, on constate que la plupart des stars des clips ont fini par trouver l’amour. Comme le confirme le réalisateur vidéo Potin La Censure qui affirme avoir fait le bonheur de plusieurs filles ayant figuré dans ses vidéos. « C’est en 2006, que j’ai commencé le tournage des clips avec le titre ‘’Bobaraba‘’ de Dj Mix et Elloh, ‘’Kpangô‘’ du duo Arafat Dj et Debordo Likunfa, ‘’Seigneur merci‘’ d’Antoinette Allany, ainsi que TV3 , Francky Dicaprio avec sa chanson ‘’fatigué fatigué‘’, etc. Depuis cette époque, la plupart des filles qui ont tourné dans mes vidéos sont parties en Europe après qu’elles se soient mariées. D’autres ont été embauchées dans de grandes entreprises, même dans la sous-région. Certaines sont devenues des mannequins et elles gagnent bien leur vie. », affirme-t-i

Source: //www.ladepechedabidjan.info

 



25/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres