Tribune de femme

Tribune de femme

Drame à Bobo-Dioulasso: Morte calcinée après avoir été violée par son cousin

brulerbel.jpg
Le quartier Belle-ville dans la ville de Bobo-Dioulasso a été le théâtre d’un drame dans la nuit du mardi 9 décembre 2014. Un jeune âgé de 30 ans a mis le feu dans la maison de sa tante après avoir violées ses deux cousines. Une, âgée de 17 ans et mère allaitante, en est morte calcinée.

 

Carole une des violées par leur « propre » cousin n’en revient toujours pas. Les yeux pleins de larmes, elle avait trouvé refuge chez des voisins juste après le drame. La petite fille de sa défunte sœur au dos, elle tente d’expliquer les circonstances qui ont amené son cousin à les violenter avant de brûler la maison. « Notre mère est en mission à Ouagadougou depuis dimanche. Elle devait revenir ce jeudi. Mardi dans la matinée, elle a appelé le cousin pour l’informer. Lorsque je suis revenue de l’école, il m’a appelée dans le salon qui sentait déjà du gaz. Il a demandé d’écrire sur un bout de papier toutes les souffrances qu’il endure depuis sa naissance. Je ne comprenais rien. Nous avons bavardé un moment. Ensuite ma petite sœur est revenue de l’école. Ils sont restés dans la maison jusqu’au soir. A mon retour de l’école dans la soirée, j’ai compris qu’il avait déjà violé ma sœur qui était couchée dans la chambre. A moi, il m’a demandé de me déshabiller. J’ai tenté de résister en vain. Après l’acte, j’ai fait semblant d’aller chercher l’enfant de ma petite sœur dehors pour informer les voisins. Ces derniers ont tenté de comprendre ce qu’il cherchait. Il leur a fait savoir qu’il était délaissé et maltraité par sa famille. Le temps de trouver des solutions idoines, le malheur était déjà fait », a raconté brièvement Carole. L’incendie a effectivement alerté tout le quartier. Venus de parts et d’autres, les voisins ont tenté d’éteindre le feu qui avait déjà consumé tout. En plus de l’essence que le cousin avait versée, trois bouteilles de gaz s’y trouvaient. Ceux-ci ont explosé emportant du coup la toiture de la maison. Selon les témoins, le feu serait parti du salon. Le cousin a dû fuir dans la douche pour tenter de se mouiller avec de l’eau alors qu’Aurèlie (la petite sœur) brûlait dans le feu. Les voisins ont pu le sauver mais son cas reste encore critique.

Dur dur… de trouver un corbillard

Alertés aux environs de 20h 40, les sapeurs-pompiers, la police et le procureur du Faso se sont rendus sur les lieux. Les soldats du feu, contre « vents et marées » sont venus à bout de l’incendie. Et la police de procéder au constat. On retiendra que la défunte était âgée de 17 ans et était en classe de 4ème. Elle était mère d’un enfant d’un an environ. Sur les lieux, les commentaires allaient bon train. Trois versions seront entendues, mais le commissaire central de la police des Hauts-Bassins, Adoul-Aziz Yonli, estime que seule l’enquête permettrait d’être situé exactement sur le drame.  « Il faut être prudent en attendant les résultats ». Le commissaire central de la police avec ses collègues resteront jusqu’à 00 h avant de voir venir un corbillard pour la levée du corps de la défunte. Ni celui de l’Ordre de Malte n’était disponible. Encore moins Burkina Secours dont le contrat a été rompu avec la commune de Bobo-Dioulasso. « Nous sommes très souvent confrontés à ce problème de véhicule à chaque fois que nous sommes interpellés pour des situations pareilles», a-t-il fait remarquer. On apprendra avec la famille que le cousin n’est pas à son premier acte. Il avait tenté, a-t-elle dit, de brûler la maison d’un parent à Ouagadougou. Il aurait tenté de se suicider au village également. Titulaire d’une Licence en Sociologie, sa tante (la maison de celle qu’il a brûlée) avait payé une formation de délégué médicale qu’il suivait depuis le début de la rentrée académique.

Bassératou KINDO



11/12/2014
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres