Tribune de femme

Tribune de femme

Accro au sexe, cette Africaine à déjà couché avec plus 370 hommes en 13 ans


L’acteur Jack Nicholson se vantait un jour d’avoir couché avec prés de 5000 femmes dans sa vie. Il fut appelé une « légende ». Qu’en est-il lorsque l’addiction et le goût pour le sexe touche à son tour une femme ? 


Beaucoup d’entre elles ne se déclareront jamais ouvertement, par peur de choquer et de n’être que cataloguer vulgairement. Or, par endroits, l’addiction au sexe a bien été reconnue comme une maladie, et certains suivent des thérapies pour s’en défaire. 

Seyi Kolade est née au Nigéria et a passé depuis une grande partie de sa vie en Grande-Bretagne. Récemment rendue célébre à cause de son addiction, elle a décidé de témoigner afin d’aider ceux et celles qui, comme elle, vivent un cauchemar à cause de cela. 

Car elle le dit, depuis ses 17 ans, elle a rarement passé une nuit seule, et cette drogue l’a rendue si dépendante qu’elle n’a jamais eu une vie comme les autres. Sa famille même lui a tourné le dos. 

Son premier petit ami elle l’a rencontré à l’âge de 13 ans. Elle est alors tombée enceinte et son enfant a été confié aux services sociaux. 

A 16 ans elle quitte la maison familiale de force car ses parents ne la supportent plus, alors qu’elle sentait de plus en plus son addiction la tourmenter. Elle pensait au sexe tout le temps. 

Résidente dans un foyer d’accueil pour jeunes, à 17 ans elle rencontra son petit ami de 31 ans, Paul. Elle cru que se mettre en couple et avoir autant de relations sexuelles qu’elle le souhaite avec son petit ami la calmerait de sa solitude, car il s’agissait surtout d’un probléme psychologique profond. Toutefois cela ne suffisait pas et elle écumait les bars et les boîtes de nuit, couchait avec qui elle voulait et qui elle pouvait. 

Elle ne cessait pas de tromper Paul et est tombée enceinte pour la seconde fois. Elle était presque sûre qu’il était le pére du bébé. Quoique… 

Elle préféra mettre un terme à sa grossesse et, se rendant compte qu’elle rendait Paul malheureux à force de lui être infidéle et qu’elle se détruisait elle-même, ils mirent fin à leur relation alors qu’elle avait 19 ans. A ce moment là, tout devint pire pour Seyi qui sombra telle une addict aux drogues dures. Elle a dit : 

« Parfois, j’avais 5 ou 6 hommes en même temps dans mon lit, j’en avais besoin ». 

Elle tomba encore enceinte plusieurs fois, coucha même avec un étranger juste aprés un énième avortement, sans avoir oublié de s’être saoulée avant cela. Le monde de la nuit était devenu le sien alors qu’elle n’avait aucun mal à trouver des âmes pour passer un moment de détente avec elle. Son savoir-faire en la matiére, tout le monde le reconnaissait. 

Elle avait récupéré son premier enfant, mais sa vie n’était que jours de maladie posés pour pouvoir assouvir ses envies, factures impayées. Elle coucha même avec des hommes sur le lieu de son travail. 

Partouses, beuveries, déchéance, telle était devenue sa vie jusqu’à ce qu’elle réalise qu’elle avait besoin d’aide pour s’en sortir et, en apprenant qu’elle n’était pas la seule dans ce cas, elle réussit à intégrer un groupe de parole. Ses besoins ne s’assouvirent pas immédiatement. Il fallut du temps. Mais elle affirme aujourd’hui : 

« Je n’ai plus eu de relation sexuelle depuis 2009 : je suis fière de moi ! ». 

Seyi Kolade est dorénavant écrivain. Elle se bat non seulement pour la reconnaissance et le retour du public dans les librairies, en l’occurence celles de son quartier à Birmingham, et elle travaille sur ses mémoires, bientôt disponibles pour tous. Elle espére pouvoir aider d’autres femmes comme elles à s’en sortir.

Source: //www.ladepechedabidjan.info



08/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 302 autres membres